Actualités du Marché des Changes

Les tensions nord-coréennes et les marchés

Je parle beaucoup de la Corée du Nord ces derniers temps puisqu’il s’agit de l’une des plus grosses zones de tensions dans le monde aujourd’hui et la situation peut rapidement se détériorer. Les tensions ont nettement escaladé au cours des deux dernières semaines.

Après la dernière annonce de progrès effectués dans le programme nord-coréen de missiles balistiques et le tir réussi d’un tir de missile balistique intercontinental (en juillet dernier), Pyongyang a annoncé mardi avoir la capacité de placer une tête nucléaire miniature à l’intérieur de ces missiles. Cela fait des États-Unis une cible potentielle et permet à la Corée du Nord de menacer le territoire américain d’une frappe nucléaire – objectif de longue date de la péninsule. Une ligne rouge a clairement été franchie pour Washington.

Avant cela, la Corée du Nord avait déjà averti que l’océan ne suffirait pas à protéger les États-Unis, alors que le Conseil de Sécurité, de son côté, a adopté à l’unanimité de nouvelles sanctions à l’encontre de Pyongyang qui ont affecté environ un tiers de ses exportations. La Corée du Nord a également fait savoir que toute action militaire de la part des États-Unis résulterait en guerre totale. Les menaces nord-coréennes, combinées à sa nouvelle capacité de frapper le territoire américain avec des armes nucléaires ont conduit le président Trump à promettre “le feu et la colère”, à des niveaux sans précédent, si la Corée du Nord continuait de menacer les États-Unis et ses alliés.

Cela n’a pourtant pas décourager le régime de Kim Jong-il de proférer de nouvelles menaces. Plus encore, Pyongyang a déclaré qu’elle prévoyait de frapper l’île de Guam, une importante base militaire américaine, et que l’opération serait prête dès le milieu du mois d’août. De son côté, le Secrétaire d’État américain, Rex Tillerson a tenté d’apaiser les tensions en indiquant qu’aucune opération militaire américaine n’était en cours de préparation et que les Américains pouvaient dormir tranquille. Le Secrétaire à la Défense, James Mattis, a déclaré à son tour que la Corée du Nord devrait cesser de menacer les États-Unis. Et d’ajouter que, si Washington privilégie la diplomatie, l’option militaire n’est toutefois pas exclue.

Évidemment, ces tensions ont eu un effet direct sur les marchés et cela devrait rester le cas, du moins sur le court terme. Ce sont bien sûr les valeurs-refuge qui sont les grands bénéficiaires de ces événements et, par conséquent, l’or a grimpé d’environ 25$ depuis les derniers commentaires de Donald Trump.

Par ailleurs, le yen japonais a engrangé 100 pips, les marchés boursiers ont plongé et le VIX a atteint un plus haut d’un mois.

Autre valeur-refuge, le franc suisse a lui aussi grimpé grâce au regain de tensions géopolitiques. De toutes les valeurs-refuge, c’est le yen qui a le moins avancé et c’est sans doute lié à la proximité du Japon avec la Corée du Nord. Pourtant, lors de la dernière escalade de tensions au mois d’avril, le yen n’avait eu aucun mal à s’apprécier.

gold corée

Compte-tenu du caractère très sérieux de la situation (les deux pays concernés disposent de l’arme nucléaire), nous pourrions nous attendre à des mouvements beaucoup plus importants sur les marchés. Mais ce n’est pas encore le cas et ce, pour trois raisons principales. D’une part, les commentaires et les menaces du président Trump sont prises avec précaution puisqu’il dit souvent beaucoup choses qui ne sont pas toujours suivies d’actes. Nous pourrions en dire de même pour la Corée du Nord, qui n’est jamais allée plus loin que les tests de missiles et les menaces verbales pour le moment.

D’autre part, peu de gens pensent que ces tensions se traduiront en véritable conflit armé, étant donné que les deux parties sont parfaitement conscientes des répercussions qu’aurait un tel affrontement. Le concept de “destruction mutuelle garantie” ne s’applique pas ici (puisque la Corée du Nord ne dispose pas d’un arsenal capable d’anéantir les États-Unis) et il existe ainsi un certain équilibre des menaces, susceptible de prévenir toute explosion.

Enfin, la Chine (une autre puissance nucléaire) s’oppose à tout conflit et elle est l’un des plus grands partenaires commerciaux de la Corée du Nord depuis de très nombreuses années. Pékin ne veut pas voir tomber le régime nord-coréen, ni qu’il soit remplacé par un gouvernement pro-américain.

Cependant, aucun des deux dirigeants ne va vouloir perdre la face, donc les menaces verbales pourraient durer encore quelque temps. Il est également important de garder en tête le fait que l’Iran va sans doute surveiller cette situation de très près. Téhéran pourrait même se servir de cette “distraction” pour avancer ses propres projets nucléaires. D’autant plus que le président Trump n’a pas hésité à exprimé son opposition à l’accord nucléaire iranien.

La dernière fois que les tensions ont escaladé en Corée du Nord remonte au mois d’avril. L’or s’était alors placé juste en-dessous de la barre des 1300 (à 1295) – un niveau atteint une nouvelle fois juste après le changement des perspectives de relèvement des taux d’intérêt aux États-Unis en juin dernier. Nous avions également vu le yen grimper jusqu’à 108, un seuil qu’il pourrait atteindre à nouveau si les tensions augmentaient.

Cependant, les mouvements ont été beaucoup plus faibles cette semaine pour le yen. Idem en ce qui concerne le métal jaune. Par conséquent, il est intéressant de voir où les marchés vont nous mener et si la rhétorique va continuer de s’intensifier et devenir hors de contrôle ou si la situation va peu à peu s’apaiser et l’ascension des valeurs-refuge progressivement ralentir.

usd jpy corée

voir le calendrier économique

Par Shawn KoopmanAnalyste des marchés, Avatrade

avatrade bonus

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.