Premier Site Forex au Québec

Les données sur l’inflation de la zone euro retiendront l’attention ce lundi

Alors que la saga du Brexit continue de préoccuper les investisseurs en maintenant l’euro et la livre sterling sous contrôle, les chiffres préliminaires de l’inflation dans la zone euro pour le mois de mars devraient retenir l’attention ce lundi à 5:00 (heure de Montréal).

De l’avis général, l’inflation globale devrait rester inchangée par rapport à l’objectif visé par la Banque centrale européenne, alimentant ainsi les perspectives d’une politique monétaire toujours accommodante, alors que les risques de croissance négatifs augmentent.

Jeudi dernier, la version harmonisée de l’indice flash allemand des prix à la consommation, comparable aux mesures de l’inflation d’autres économies de l’Union européenne, n’a pas répondu aux attentes, tant en termes mensuels qu’annuels, soulignant la possibilité que l’IPC harmonisé publié ce lundi par la zone euro pourrait également être inférieur aux prévisions.

La Banque centrale européenne attend depuis longtemps que la croissance des salaires se traduise par une inflation plus élevée, car elle a obstinément maintenu les taux d’intérêt en territoire négatif et les achats d’actifs pour augmenter les liquidités. Alors que l’IPC global a réussi à augmenter légèrement au-dessus de l’objectif d’inflation de 2,0% fixé par la BCE au second semestre de 2018, l’IPC de base qui élimine les produits alimentaires et énergétiques volatils est resté inférieur à 1,3% a/a, indiquant que la croissance des salaires fait toujours défaut en action et par conséquent les hausses d’inflation ne sont pas viables malgré le taux de chômage qui a baissé à un creux de la décennie.

En effet, au cours de la période allant de décembre à janvier, l’IPC global a nettement reculé, passant de 1,9% a/a à 1,4% avant d’augmenter légèrement de 1,5% en février. Lundi, de nouvelles données devraient montrer que la mesure n’a pas prolongé la reprise, restant stable à 1,5%, ce qui correspond également à la prévision d’inflation de la BCE pour 2019. Les analystes prévoient également un IPC de base stable à 1,2% pour le mois de mars. En termes monétaires, un tel niveau inciterait les décideurs à adopter une politique monétaire accommodante pour aider l’économie de la zone euro. Mais comme les risques économiques et politiques s’accentuent à l’arrière-plan, principalement en raison du chaos provoqué par le Brexit, de la récession italienne et de la guerre commerciale américano-sino, il reste encore beaucoup à faire pour éviter une autre crise dans le bloc européen.

Inflation Zone Euro IPC

Alors que les institutions financières se plaignent des taux d’intérêt négatifs qui pèsent sur leurs bénéfices et que le programme d’assouplissement quantitatif se termine en décembre, la BCE s’est concentrée sur les prêts. Plus précisément, lors de sa réunion de politique générale de mars, la banque centrale a décidé de mettre en œuvre d’autres mesures de relance par le biais d’une nouvelle série d’opérations de refinancement à long terme ciblées (TILTRO-III) débutant en septembre 2019 et se terminant en mars 2021 (chacune d’une durée de 2 ans). . En outre, le conseil des gouverneurs a accepté de continuer à réinvestir les gains provenant des titres arrivés à échéance dans le cadre du programme QE pendant une période prolongée et jusqu’à la date à laquelle il commence à relever les taux d’intérêt, ou aussi longtemps que cela est nécessaire.

L’offre de crédit du mois dernier a également été quelque peu favorable à l’inflation, les chiffres révélant que les craintes d’une économie en crise ne limitaient pas les flux de trésorerie vers les entreprises et les consommateurs. Les prêts aux grandes entreprises ont augmenté de 3,7% en février, par rapport à 3,4% auparavant, tandis que le taux des ménages a augmenté, passant de 3,2% à 3,3%. Néanmoins, les impressions négatives des mesures de confiance des consommateurs de la zone euro et les faibles indicateurs du PMI suggèrent que les entreprises et les ménages hésitent à augmenter leurs dépenses.

L’absence de demande sur le marché de l’euro/dollar américain reflète la confusion croissante à laquelle les investisseurs sont confrontés au sujet de la santé économique de la région. Des chiffres d’inflation moins bons que prévus cette semaine pourraient augmenter les chances d’une réunion homogène de la BCE le 10 avril, car les marchés pourraient commencer à prévoir que le programme accommodant pourrait prendre davantage de mesures de relance si les conditions se détériorent. De tels résultats pourraient pousser la paire EUR/USD sur le forex à la limite de la zone des 1.12, tandis que les traders moins expérimentés pourraient rechercher un support autour du creux du 3 mars à 1.1175, puis à 1.1130.

Dans le scénario positif, si l’inflation monte en puissance, la paire EUR/USD pourrait dépasser la moyenne mobile de 20 périodes sur le graphique de 4 heures (1.1249) et se diriger vers 1,13. Le niveau de résistance situé vers 1,1330 pourrait également interrompre des corrections à la hausse sur le forex de l’euro.

Pour rester informé des dernières nouvelles sur les devises, consultez notre section » actualités

par Christina ParthenidouXM Investment Research Desk

Christina a rejoint le département de recherche d’investissement de XM en mai 2017. Elle est titulaire d’une maîtrise en économie et commerce de l’Université Erasmus de Rotterdam avec une spécialisation en économie internationale. Auparavant, elle a obtenu un baccalauréat en sciences économiques de l’Université de Chypre. Outre les marchés des changes, ses intérêts de recherche incluent l’impact du commerce international sur les marchés du travail et le développement de produits.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

20 − dix =