À Surveiller cette semaine: Fed, Banque du Japon, Banque d’Angleterre

Les réunions des banques centrales domineront les sept prochains jours alors que la Banque d’Angleterre, la Banque du Japon et la Réserve fédérale américaine tiennent leurs réunions sur leur politique monétaire respective.

Ce sera également une grande semaine pour les indicateurs économiques, car la zone euro publie des chiffres préliminaires sur le PIB et le rapport sur les emplois d’octobre est publié aux États-Unis.

Les données économiques australiennes, néo-zélandaises et canadiennes amèneront le focus sur le dollar australien, le dollar néo-zélandais et le dollar canadien.

AUD NZD CAD Dollar Reuters

Les inquiétudes politiques en Australie et en Nouvelle-Zélande ont affaiblie le dollar australien et néo-zélandais à des creux de plusieurs mois cette semaine, tandis qu’une Banque du Canada moins belliciste et l’incertitude quant à l’avenir de l’ALENA ont fait chuter le dollar canadien aux alentours des 1,28$ face au dollar américain.

Le dollar australien pourrait trouver un soutien dans un lot de données publiées en Australie cette semaine, qui inclura le crédit du secteur privé (mardi), les approbations de construction (jeudi) et les ventes au détail (vendredi).

En Nouvelle-Zélande et au Canada, les chiffres de l’emploi seront le principal objectif.

Le taux de chômage pour le troisième trimestre sera regardé par les traders du dollar néo-zélandais mardi.

Les inquiétudes au sujet des politiques économiques de la nouvelle coalition néo-zélandaise ont brisé le dollar néo-zélandais sur les marchés des changes.

Les indications d’un marché du travail en amélioration peuvent soulager la douleur de la monnaie.

Au Canada, si l’estimation mensuelle du PIB pour le rapport sur l’emploi d’août et de vendredi indiquait une forte croissance, le huard pourrait tirer son épingle du jeu et rebondir sur des anticipations d’une nouvelle hausse des taux au cours des prochains mois.

La Banque du Japon devrait réduire les perspectives d’inflation

Alors que d’autres banques centrales se dirigent vers une politique monétaire plus stricte, la Banque du Japon ne semble pas prête de commencer le processus de normalisation.

Avec une inflation toujours inférieure à 1% et de nouveaux membres dovish rejoignant le conseil d’administration de la Banque, il y a encore un débat au sein de la BoJ si elle devrait faire plus pour amener l’inflation vers son objectif de 2%.

La plupart des experts s’attendent à ce que la Banque maintienne sa politique inchangée mardi à l’issue de sa réunion de deux jours. Mais son dernier rapport trimestriel sur les perspectives économiques pourrait révéler une autre révision à la baisse des prévisions d’inflation.

La divergence politique avec les autres économies avancées devrait maintenir le yen plus faible pendant un certain temps, même si la croissance au Japon commence à prendre de l’ampleur. Les principaux indicateurs à surveiller la semaine prochaine sont les dépenses des ménages, le taux de chômage et la production industrielle, qui sont tous attendus mardi.

Mercredi, l’indice PMI manufacturier de l’ISM devrait montrer que octobre a été un autre mois robuste pour les fabricants américains après avoir atteint son plus haut niveau en 13 ans en septembre.

La Réserve Fédérale américaine occupera le devant de la scène plus tard dans la journée et annoncera probablement une hausse des taux pour décembre.

En l’absence de conférence de presse prévue en novembre, la réunion du FOMC ne devrait pas être très mouvementée.

Il y aura beaucoup d’excitation chez les traders ce vendredi, où le rapport sur les emplois d’octobre sera publié.

Les ouragans qui ont frappé la côte Est des États-Unis ont causé une chute de 33 000 emplois non agricoles en septembre, soit la première baisse en sept ans.

US NFP October 2017 Reuters

Les chiffres des emplois américains devraient rebondir de 310k en octobre, tandis que le taux de chômage devrait rester inchangé à 4,2%. Les gains moyens pourraient cependant passer de 2,9% à 2,7% a / a en octobre, le fort marché du travail n’ayant jusqu’ici que peu contribué à stimuler les salaires, d’où le malaise de la Fed d’aller trop vite avec la hausse des taux.

Une autre grande publication sera le PMI non manufacturier d’ISM pour octobre.

Les commandes d’usine et les chiffres de la balance commerciale pour septembre compléteront le barrage de données vendredi.

Pour rester informé sur les publications des données économiques au niveau mondiale, consultez le Calendrier Économique

par Christina Parthenidou, XM Investment Research Desk

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

14 − 7 =