Goldman Sachs investit 250 millions USD dans une entreprise canadienne

Goldman Sachs investit 250 000 000 $ US dans Hydrostor

Hydrostor, une entreprise canadienne qui utilise de l’air comprimé dans des cavernes souterraines pour stocker l’électricité excédentaire des réseaux électriques, a annoncé un investissement de 250 millions de dollars américains par Goldman Sachs Asset Management. Le chef de la direction d’Hydrostor a déclaré que le financement était “transformationnel” alors que la société basée à Toronto cherche à déployer la technologie à l’extérieur des frontières du Canada.

hydrostor goldman sachs

La demande de stockage d’énergie est en augmentation alors que les services publics abandonnent progressivement la production d’électricité à partir de combustibles fossiles au profit des énergies renouvelables telles que l’éolien et le solaire.


* Pour négocier les actions américaines et canadiennes à la bourse avec un courtier canadien autorisé et régulé, voici $50 pour les frais de vos premières transactions. » voir l’offre

Les projets avancés de stockage d’énergie par air comprimé (A-CAES) d’Hydrostor utilisent l’énergie excédentaire des réseaux électriques pour pomper de l’air comprimé dans des cavernes souterraines géantes. L’air déplace l’eau jusqu’à un réservoir au niveau de la surface. Lorsque l’énergie est nécessaire, l’eau est relâchée dans la caverne, poussant l’air au-delà des turbines qui génèrent de l’électricité à sa sortie.

Hydrostor
Source: Hydrostor

Hydrostor permet aux services publics d’ajouter plus d’énergie éolienne et solaire au réseau avec une version mise à jour d’une technologie vieille de 50 ans qui ne nécessite aucun carburant.

« Le besoin de stockage d’énergie de longue durée à l’échelle des services publics est clair, et la solution A-CAES d’Hydrostor est bien positionnée pour devenir un acteur de premier plan sur ce marché mondial émergent », Charlie Gailliot, associé et responsable du capital-investissement dans la transition énergétique chez Goldman Sachs Asset Management, a déclaré lundi dans un communiqué.

Hydrostor a annoncé que Gailliot rejoindrait son conseil d’administration, ainsi que ses collègues de Goldman Sachs, Sébastien Gagnon et Gunduz Shirin. Ils remplaceront Tom Rand, associé directeur de la société de capital-risque torontoise ArcTern Ventures, ainsi qu’Elisabeth Hivon, directrice exécutive Canada de Meridiam Infrastructure, une branche de la société financière Meridiam basée à Paris.

Hydrostor dit que les fonds de Goldman Sachs iront d’abord vers ses projets en cours en Australie et en Californie.

Le PDG Curtis VanWalleghem a déclaré à Yahoo Finance Canada en septembre que contrairement à d’autres solutions de stockage de longue durée, le système d’Hydrostor utilise des technologies et des équipements éprouvés des secteurs pétrolier, gazier et minier, et est donc plus rentable et fiable.

“Je considère cela comme un réel avantage de pouvoir m’appuyer sur les épaules de ces industries géantes”, a-t-il déclaré dans une interview. “Plus nous construisons d’installations, plus nous débloquons l’éolien et le solaire à bas prix, et fermons plus de charbon et de gaz.”

En septembre, Hydrostor a reçu 10 millions de dollars de BDC Capital pour soutenir son portefeuille de projets. L’entreprise a également reçu 4 millions de dollars en avril dernier du Programme d’innovation énergétique de Ressources naturelles Canada et de Technologies du développement durable Canada pour développer un projet pouvant atteindre 500 mégawatts en Ontario. ArcTern Ventures, Lorem Partners, Canoe Financial ont également investi dans l’entreprise.

Par Jeff Lagerquist, Yahoo Finance Canada

Clause de non-responsabilité: Les informations et opinions contenues dans ce rapport sont fournies à titre d’information générale et ne constituent en aucun cas une offre ou une sollicitation concernant l’achat ou la vente de contrats de change sur le forex ou de CFD. Bien que les informations contenues dans le présent document proviennent de sources considérées comme fiables, l’auteur ne garantit pas leur exactitude ni son exhaustivité, et n’assume aucune responsabilité pour tout préjudice direct, indirect ou consécutif pouvant résulter du fait que quelqu’un se fie à de telles informations.
vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

six + 20 =