Premier Site Forex au Québec

Perspectives des matières premières en 2019 » les métaux précieux vont-ils briller?

Le marché des matières premières a connu une course particulièrement volatile en 2018, avec des tensions commerciales exacerbées, une inquiétude grandissante face au ralentissement de la croissance mondiale et un dollar américain fort à la base de la performance catastrophique de la plupart des matières premières.

En 2019, les perspectives dépendront essentiellement de la manière dont le différend commercial se déroulera, les métaux précieux étant susceptibles de bien se comporter si les risques globaux restent prononcés et le dollar à la baisse.

Les risques de marché pourrait maintenir l’or à la mode

Certes, l’or a connu une année difficile en 2018, principalement en raison de la résurgence du dollar américain. L’or étant libellé en dollars, l’appréciation de la devise américaine le rend moins attractif pour les investisseurs utilisant des devises, ce qui diminue sa demande. Pourtant, le métal jaune a réussi à se redresser de manière substantielle et à clôturer l’année en baisse de 1,5%.

Corrélation Or Dollar Américain

Le dernier recul du billet vert a favorisé la reprise de l’or, de même que la révision des anticipations de hausse des taux de la Fed, la banque centrale américaine ne devant plus relever ses taux en 2019. La hausse des taux est généralement négative pour l’or, qui ne paie pas seulement zéro intérêt à détenir mais supporte également des frais de stockage. Le dernier facteur à l’origine du dernier rebond de l’or est bien entendu la demande des investisseurs en quête de protection face aux fluctuations boursières.

Maintenant, en ce qui concerne ce que 2019 tient pour le métal jaune, les risques semblent actuellement être biaisés à la hausse. La perspective de nouvelles faiblesses des marchés boursiers, la perte de performance du dollar, le ralentissement de l’économie mondiale, les incertitudes liées au protectionnisme, ainsi que les risques liés aux marchés émergents et géopolitiques, constituent tous des arguments convaincants pour que l’or se comporte bien.

En termes de risques à la baisse, la plus grande menace de lingots pourrait bien être le scénario dans lequel les anticipations d’un ralentissement de l’économie américaine s’avéreraient fausses, amenant la Fed à reprendre son approche de relance progressive. La combinaison résultante de taux d’intérêt plus élevés, d’un dollar plus fort et d’un regain d’appétit pour le risque constituerait un dangereux élixir pour l’or.

L’argent sous-performe l’or alors que la production minière rebondit

Alors que l’or fermait légèrement en 2018, l’argent n’était pas aussi chanceux, finissant l’année en baisse de 8,8%, le rebond de la production minière ayant dopé l’offre de métal blanc. Notez que la quantité annuelle d’argent extraite est plusieurs fois supérieure à celle de l’or. L’activité minière est donc une variable beaucoup plus importante pour l’argent. Dans le même temps, l’argent est beaucoup plus utilisé à des fins industrielles. Par conséquent, sa fortune dépend également des perspectives de croissance mondiale, sur lesquelles les attentes sont devenues pessimistes.

Corrélation Or et Argent

Est-ce que 2019 promet d’être plus brillant? Si l’on considère les prix de l’or d’une manière très constructive à la lumière des risques susmentionnés, l’argent pourrait également se comporter relativement bien dans le cadre d’une ré-allocation éventuelle vers des zones de refuge. Peut-être pire que l’or, sachant que l’offre d’argent devrait rester abondante et que l’économie mondiale devrait perdre de la vitesse.

Le pétrole brut à la croisée des chemins

Les prix du pétrole ont fortement entamé l’année 2018, alors que l’inquiétude des sanctions américaines contre l’Iran réduirait l’offre mondiale. Toutefois, le brut a affiché une tendance à la baisse spectaculaire au dernier trimestre pour clôturer l’année en baisse de près de 25%, après que les États-Unis ont annoncé l’octroi de dérogations de six mois aux plus gros clients de Téhéran et au milieu d’une production mondiale en forte hausse.

Bien que l’OPEP et les producteurs alliés aient récemment convenu de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour au premier semestre de 2019, l’ampleur et l’ampleur de ces réductions ont été jugées insuffisantes. Il est également incertain que les membres maintiennent la pleine conformité. De l’autre côté de l’équation, les perspectives de la demande ont été assombries par les tensions commerciales et le ralentissement de la croissance mondiale.

Production Mondiale Pétrole Brut

En 2019 cependant, les perspectives du brut apparaissent prudemment optimistes. Les sanctions contre l’Iran pourraient en effet être pleinement appliquées d’ici avril, alors qu’aux États-Unis, la production record tirée par le schiste diminuerait probablement après le dernier krach des prix. Séparément, il semble plus probable qu’un accord commercial entre les États-Unis et la Chine finira par être conclu, ce qui apaisera la nervosité autour de la demande. Ensuite, il y a l’OPEP. Toute baisse importante des prix par rapport aux niveaux actuels conduirait probablement le cartel à se développer, voire à étendre ses dernières réductions.

Les principaux risques pour le pétrole comprennent une nouvelle escalade des frictions commerciales, un ralentissement mondial plus important que prévu, ou des producteurs en difficulté comme la Libye, l’Iraq, le Venezuela et le Nigéria, qui parviennent à augmenter durablement leur production actuellement faible.

Le destin du cuivre dépend de la guerre commerciale

Comme la plupart des métaux industriels, le cuivre a connu une année terrible, enregistrant une baisse de 17,5%. La Chine est de loin le plus gros consommateur de cuivre au monde et, par conséquent, le différend commercial menace la demande de ce métal, utilisé dans les secteurs de l’énergie et de la construction. En fait, l’activité des usines en Chine a déjà commencé à s’affaiblir, les PMI manufacturier et officiel de Caixin tombant tous deux en territoire de contraction; un signe inquiétant pour les 12 prochains mois.

Cuivre Chine

Du côté positif, la Chine ouvre les robinets de dépenses pour soutenir son économie, et la majeure partie de ces mesures de stimulation devrait aller aux projets d’infrastructure, de construction et d’énergie, soutenant la demande de métaux industriels tels que le cuivre. Le plus grand danger est de loin celui de la guerre commerciale, dont l’impact pourrait se propager au-delà de la Chine si un accord avec les États-Unis n’était pas convenu, bien que le risque que la relance chinoise ne finisse par être moins favorable aux prix du cuivre qu’on ne l’espérait ne devrait pas être négligé non plus.

Pour rester informé des dernières nouvelles sur les matières premières, consultez notre section » actualités

par Marios HadjikyriacosXM Investment Research Desk

Marios est diplômé de l’Université de Reading en 2015 avec un BSc en économie et économétrie.

Avant de rejoindre XM en tant qu’analyste des investissements en décembre 2017, il fournissait des services d’analyse financière, de reporting et de conseil à l’une des plus grandes sociétés de services financiers de Chypre. Il se spécialise dans l’identification et la prévision des tendances sur les marchés des devises, des matières premières et des actions, principalement par l’utilisation de l’analyse fondamentale.

En plus d’être un commentateur actif sur les marchés financiers, Marios est un adepte de la littérature économique en ce qui concerne les questions morales, tout en étant intrigué par les développements dans le domaine de la finance comportementale.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

7 + cinq =