Premier Site Forex au Québec

Forex » La semaine à venir du 13 au 18 janvier

La saga du Brexit devrait atteindre son paroxysme cette prochaine, alors que les législateurs britanniques auront enfin leur mot à dire sur l’accord de Theresa May.

Avec peu de chance que l’accord passe devant le Parlement, des jours orageux s’annoncent pour la livre sterling sur le forex. Du côté des données économiques, l’inflation sera le thème dominant, tandis que le marché de l’habitation américain sera également sous les feux de la rampe, dans l’hypothèse où la fermeture du gouvernement ne retardera pas la publication des communiqués.

Les chiffres du commerce chinois à surveiller

La Chine publiera ses derniers chiffres mensuels sur le commerce ce lundi, alors que les négociations avec les États-Unis vont mener à un long processus. Les deux parties ont conclu trois jours de discussions la semaine dernière, qui ont abouti à des progrès substantiels sur de nombreuses questions, mais il reste encore beaucoup à faire. Un ensemble de chiffres commerciaux faibles augmenterait probablement la pression sur les autorités chinoises pour qu’elles résolvent rapidement leurs différends avec les États-Unis. Les exportations en provenance de Chine devraient avoir augmenté de 3% en décembre par rapport à l’année précédente, en baisse par rapport aux 5,4% précédents. Les importations devraient toutefois avoir accéléré, passant de 3% à 5,0%.

Chine Exportations Importations

Tout choc négatif dans les données commerciales pourrait faire tomber le dollar australien du sommet d’un mois qu’il a enregistré cette semaine sur le forex par rapport à son homologue américain. Le dollar australien est très sensible aux évolutions de l’économie chinoise, l’Australie étant tributaire de ce pays pour son marché d’exportation.

L’inflation au centre des préoccupations du Japon

Le Japon publiera la semaine prochaine les prix des biens d’équipement et des biens de consommation, ainsi que les commandes de machines. Les prix des biens des sociétés pour décembre (l’équivalent des prix à la production au Japon) et les commandes de machines pour novembre (un important indicateur prévisionnel de l’investissement des entreprises) doivent être publiés mercredi et les chiffres de l’IPC suivront vendredi. L’indice des prix à la consommation de base, qui exclut les prix des produits frais et est ciblé par la Banque du Japon pour son objectif de prix de 2%, devrait encore se modérer en décembre pour s’établir à 0,8% a/a.

Japon Inflation IPC

Les données ne devraient pas modifier les perspectives d’inflation à court terme au Japon, ce qui ne devrait pas retenir l’attention des traders en yens, la monnaie japonaise ayant tendance à être davantage influencée par le sentiment du risque que l’économie nationale.

L’euro pourrait ignorer les données décevantes de la zone euro

Un recul du dollar américain sur le forex a porté l’euro à son plus haut niveau en trois mois la semaine dernière, en dépit d’indicateurs plus inquiétants sur la santé de l’économie de la zone euro. Les données dans les prochains jours continueront probablement à tracer un tableau sombre, les investisseurs surveillant les chiffres de la production industrielle de lundi pour le bloc euro et de l’estimation du PIB pour 2018 mardi pour l’Allemagne. La production industrielle devrait se contracter de 1,0% en novembre, soit plus que l’inverse du gain précédent de 0,2%. La plus grande économie de la zone euro, l’Allemagne, devrait avoir progressé de 1,5% en 2018, en baisse par rapport au taux de 2,2% observé en 2017.

La lecture finale de l’inflation pour décembre jeudi doit également sortir de la zone euro. Les impressions finales de l’IPC ne devraient pas susciter beaucoup de réactions, les analystes n’ayant noté aucun changement dans les estimations initiales. Cependant, toute révision inattendue, principalement des deux taux directeurs, pourrait alimenter une certaine volatilité de l’euro, en particulier s’il s’agissait d’une baisse. Sinon, la monnaie unique pourrait maintenir son impressionnante reprise depuis le début de l’année par rapport au billet vert.

Tous les yeux sont rivés sur Westminster. Les investisseurs sont réticents à l’idée d’un parcours cahoteux

Le Royaume-Uni sera un autre pays à publier ses chiffres d’inflation de décembre. Le rapport sur l’IPC paraîtra mercredi et sera suivi vendredi avec les chiffres des ventes au détail. Le taux d’inflation global devrait s’être atténué de 0,1 point de pourcentage pour atteindre 2,2% en ga en décembre, tandis que le taux directeur devrait se maintenir à 1,8%.

Inflation Grande-Bretagne

Comme la Banque d’Angleterre ne devrait pas relever ses taux d’intérêt à moins que le Parlement n’approuve un bon Brexit, les données sur l’inflation n’auront probablement pas beaucoup d’impact sur les marchés des changes. Les ventes au détail, d’autre part, pourraient susciter une réaction plus forte des traders car elles donnent une meilleure idée de la dynamique de croissance du Royaume-Uni. Les ventes au détail devraient avoir reculé de 1,1% m / m en décembre après une hausse de 1,4% le mois précédent, le taux annuel devant ralentir à 3,3%.

L’avance sur les données est cependant un événement de risque majeur mardi lorsque la Chambre des communes votera sur l’accord très critiqué sur l’accord de mai sur le Brexit. Si, comme prévu, l’accord est rejeté par les députés, Mme May disposera de trois jours pour présenter au Parlement un plan alternatif. Le nombre de possibilités – allant d’une élection instantanée à un deuxième référendum, en passant par une annulation de l’article 50 – étant si varié, la livre devrait tirer profit de toute tentative des législateurs de bloquer ou de retarder le Brexit, mais de chuter brusquement des signes que le Royaume-Uni est se diriger vers une sortie de crise de l’UE.

Des jauges américaines de fabrication pour attirer l’attention

Après la chute brutale du PMI manufacturier ISM le mois dernier, l’indice manufacturier Empire State de la Fed de New York et le baromètre manufacturier de la Fed de Philadelphie seront surveillés plus attentivement que d’habitude, laissant présager un ralentissement marqué de la conjoncture américaine. Les estimations consensuelles pour janvier prévoient toutefois une légère augmentation des deux indices. L’indice manufacturier de l’Empire State est le premier à paraître mardi, et l’indice Philly Fed à venir jeudi. Les prix à la production de décembre sont également dus mardi.

États-Unis Forex

Mercredi, les ventes au détail seront le point culminant. Les ventes au détail devraient avoir augmenté de 0,2% m / m en décembre. L’accent sera ensuite mis sur le secteur du logement avec la publication de l’indice du marché du logement de la NAHB en janvier, suivi des mises en chantier de logements de décembre et des permis de construire jeudi. Notez cependant que les rapports des agences fédérales peuvent être reportés en raison de la fermeture partielle du gouvernement aux États-Unis.

Toute lecture décevante des données ci-dessus pourrait accentuer les pressions à la baisse qui affectent actuellement le dollar américain sur le forex, car cela renforcerait les chances que la Réserve fédérale n’augmente pas ses taux cette année.

Vendredi, les chiffres de la production industrielle pour décembre et l’impression préliminaire de l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan clôturent la semaine. Au nord de la frontière, les chiffres de l’inflation canadienne seront examinés vendredi à la suite de la réunion de la Banque du Canada de cette semaine, qui signalait une nouvelle hausse des taux en 2019. Les investisseurs avaient prévu une hausse des taux cette année, mais la Banque du Canada semble s’être tournée vers une simplement une attitude prudente par opposition à une attitude dovish. Toute surprise positive sur les chiffres de l’IPC pourrait contribuer à la correction à la hausse sur le forex du dollar canadien.

Pour rester informé des dernières nouvelles sur les devises, consultez notre section » actualités

par Raffi BoyadjianXM Investment Research Desk

Raffi est diplômé de la London School of Economics en 1999 avec un BSc en mathématiques commerciales et statistiques. Après l’obtention de son diplôme, il a rejoint PricewaterhouseCoopers dans l’équipe Business Recovery, où il était responsable de la gestion du cycle de vie des entreprises en liquidation.

En 2007, M. Boyadjian a rejoint Thomson Reuters, couvrant les marchés de langue grecque pour la collecte et l’analyse des données d’entreprise et des nouvelles de l’entreprise, avant d’être promu Senior Analyst. À ce poste, il était responsable du contrôle de la qualité et de la formation. En 2012, il a poursuivi sa carrière en tant que spécialiste des données, notamment pour la coordination de projets internationaux, la rédaction de documentation utilisateur, l’analyse de données et l’amélioration de la qualité.

M. Boyadjian a rejoint XM en 2015 en tant qu’analyste des investissements et a suivi la formation interne en analyse technique. Il est responsable de la rédaction quotidienne des revues de marché et des nouvelles de forex.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

18 − huit =