Premier Site Forex au Québec

Taux directeur de la Banque du Canada et le dollar canadien à surveiller

La Banque du Canada devrait relever son taux directeur de 25 points de base lorsqu’elle annoncera sa décision sur la politique monétaire canadienne ce mercredi à 10:00 (heure de Montréal).

Un tel mouvement est déjà presque totalement intégré dans les prix et par conséquent, la valeur du dollar canadien sur le forex dépendra principalement des signaux envoyés par la Banque en ce qui concerne la probabilité de nouvelles hausses à venir. Suite à un net ralentissement des salaires, les décideurs pourraient préférer faire preuve de prudence pour le moment, ce qui rendrait le huard vulnérable à une prétendue hausse de taux “dovish”.

Le dollar canadien a sous-performé ces dernières semaines, rendant tous les gains qu’il avait enregistrés après l’annonce d’un nouvel accord dans le cadre de l’ALÉNA, fin septembre, pour se négocier à la baisse par rapport à son homologue américain. Le dollar canadien a chuté sur le forex alors même que les investisseurs prévoyaient de plus en plus de resserrement des pressions de la part de la Banque du Canada cours des prochaines années, car la nouvelle clarté concernant le commerce devait entraîner des augmentations de taux plus rapides. En effet, il semble que les derniers problèmes de la devise soient dus à des facteurs tiers, tels que la baisse des prix du pétrole et une détérioration de l’appétit pour le risque du marché, plutôt qu’à quoi que ce soit en rapport avec la politique monétaire.

En ce qui concerne l’économie canadienne, la situation est toujours solide, mais certaines données récentes suggèrent que la prudence est de mise. Le bon côté des choses est que le taux de chômage reste proche des niveaux les plus bas enregistrés en quatre décennies, tandis que l’inflation de base mesurée par la Banque du Canada continue de se rapprocher de son objectif de 2%. Dans le même temps, la dernière enquête de la Banque sur les entreprises – qui est cruciale pour les décisions politiques – était plutôt optimiste, indiquant des attentes à la hausse pour les ventes futures des entreprises et un rebond des intentions d’investissement. En fait, étant donné que cette enquête a été réalisée avant la conclusion de l’ALÉNA, l’optimisme des entreprises pourrait être encore plus grand.

Canada Salaires Inflation

Il n’est cependant pas tout à fait rose, un ralentissement notable des salaires au cours des derniers mois incitant probablement les décideurs à réfléchir. La croissance des salaires réels est pratiquement revenue à la normale, ce qui est particulièrement décourageant pour une économie où les ménages sont toujours très endettés, mais les taux d’intérêt augmentent. Dans un tel environnement, les consommateurs peuvent avoir de plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts, générant des risques pour la consommation et, partant, la croissance économique. Outre les salaires, les données sur les ventes au détail et les enquêtes prospectives telles que les indices PMI ont également déçu, tandis que l’inflation globale a été ramenée à 2% plus vite que prévu par la Banque.

Les probabilités implicites du marché suggèrent actuellement une probabilité de 95% pour la BdC d’augmenter les taux d’un quart de point mercredi, selon l’OIS du Canada. Une hausse étant déjà pratiquement totalement prise en compte, la réaction du marché dépendra des signaux envoyés par les décideurs politiques en ce qui concerne la perspective d’une action future. La Banque va-t-elle mettre davantage l’accent sur la dissipation des risques commerciaux, alimentant les attentes pour davantage de hausses et dynamisant ainsi le dollar canadien? Ou les responsables vont-ils pécher par excès de prudence et signaler peu d’urgence pour un autre geste prochainement, déclenchant une réaction négative de la monnaie?

C’est une bonne affaire, mais le dernier scénario d’une hausse «dovish» semble légèrement plus probable. Les marchés ont déjà anticipé un certain resserrement de la part de la Banque du Canada au cours des prochains trimestres. Par conséquent, pour que le dollar canadien se ressaisisse sur le forex sous le signe des politiques, des commentaires très optimistes pourraient être nécessaires, ce qui semble peu probable dans un contexte de baisse des salaires. En effet, du point de vue de la gestion des risques, les responsables ont peu de raisons de signaler des augmentations plus rapides maintenant et risquent de devoir revenir sur cet engagement plus tard si les données se détérioraient.

usd/cad forex 23-10-2018

Si la Banque déçoit ceux qui recherchent des signaux bellicistes, le dollar canadien pourrait alors faire l’objet d’un regain d’intérêt vendeur. Techniquement, les avancées de la paire USD/CAD sur le forex pourrait se heurter à une résistance préliminaire proche de 1,3130, le plus haut du 19 octobre. Une cassure à la hausse pourrait permettre de tester le sommet du 6 septembre à 1,3225, avant que le sommet du 19 juillet à 1,3290 ne soit visible.

À l’inverse, un ton hawkish qui alimente les spéculations sur de nouvelles hausses pourrait entraîner une chute de la paire USD/CAD sur le forex, initialement proche du chiffre rond de 1,3000. Si les ours franchissent le seuil, le support pourrait approcher 1,2910, ce qui correspond au plus bas du 16 octobre. Les baisses sont encore plus prononcées et visent le plus bas niveau des cinq derniers mois, 1,2780.

Dans l’éventualité (hautement improbable) d’une absence totale de hausse, le dollar canadien pourrait plonger.

Au-delà de la politique monétaire, l’évolution des prix du pétrole sera également cruciale pour le dollar canadien, compte tenu du statut du Canada comme principal exportateur de brut, des prix plus élevés étant positifs pour la monnaie canadienne et vice versa.

Pour rester informé des dernières nouvelles sur le forex, consultez notre section » actualités

par Marios HadjikyriacosXM Investment Research Desk

Marios est diplômé de l’Université de Reading en 2015 avec un BSc en économie et économétrie.

Avant de rejoindre XM en tant qu’analyste des investissements en décembre 2017, il fournissait des services d’analyse financière, de reporting et de conseil à l’une des plus grandes sociétés de services financiers de Chypre. Il se spécialise dans l’identification et la prévision des tendances sur les marchés des devises, des matières premières et des actions, principalement par l’utilisation de l’analyse fondamentale.

En plus d’être un commentateur actif sur les marchés financiers, Marios est un adepte de la littérature économique en ce qui concerne les questions morales, tout en étant intrigué par les développements dans le domaine de la finance comportementale.

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

1 × 4 =